Les actus

06 novembre 2017

Portraits de La Havane, guide touristique à visages humains

Quand des habitants de la capitale cubaine racontent leur histoire et partagent leurs adresses préférées. Instructif et touchant.

02 novembre 2017

French Blue va relier Paris à Tahiti

La compagnie française low-cost long courrier desservira la Polynésie française à partir de mai 2018.

17 octobre 2017

La Valette, Capitale Européenne de la Culture en 2018

La capitale de l'archipel maltais organise de nombreux événements culturels tout au long de l'année.

Consulter les archives

Partagez sur FacebookImprimez cet article

Chroniques vagabondes : sur la route avec Pierre Josse

Rédacteur en chef du Guide du Routard depuis près de 40 ans, Pierre Josse vient de sortir aux éditions Hachette « Chroniques vagabondes : Petit dictionnaire des insolites itinéraires d'un Routard ».

Rédacteur en chef du Guide du Routard depuis près de 40 ans, Pierre Josse vient de sortir aux éditions Hachette « Chroniques vagabondes : Petit dictionnaire des insolites itinéraires d'un Routard ». Plus que des souvenirs, ce sont 80 tranches de vies classées de façon alphabétique qui racontent les anecdotes d’un globe-trotter au grand cœur épris d’aventures humaines. Rencontre avec un grand voyageur qui aux dernières nouvelles affichait 107 pays au compteur …

Chroniques vagabondes, après 39 ans à la tête de la rédaction du Guide du Routard était-il le moment de faire un premier bilan ?
A un moment donné, on sent qu’il faut faire un bilan. En outre je suis en semi-retraite. Donc tout à coup, au lieu de faire 10 voyages par an, je n’en faisais plus que 5. Cela me laissait des plages importantes de liberté. Au départ, j’avais sélectionné 200 chroniques et on m’a dit, tu n’as que 340 pages de textes. Il a fallu faire des choix. J’ai sélectionné les aventures qui me touchaient le plus en termes de richesse de souvenirs et d’émotions. Il fallait aussi que j’arrive à un équilibre entre les pays et les périodes. Une des chroniques peut surprendre. C’est celle de mon passage dans la classe ouvrière quand j’ai travaillé pendant quatre ans dans l’imprimerie en tant que rotativiste. Je me suis dit que cela faisait partie de ma démarche et de ma construction psychologique et professionnelle.

Pointe du Raz

Avant de rentrer au Routard, vous avez eu un parcours pour le moins atypique. Pouvez-vous nous en parler ?
Je suis bac-3. L’école n’était pas adaptée à ma personnalité. Je suis rentré tout de suite dans la vie active et j’ai fait très tôt mon service militaire à 18 ans. Avant de rejoindre le Routard, j’ai été tour à tour enfant de cœur, décorateur-étalagiste, étudiant à l’université libre de Vincennes, instituteur en prison, ouvrier imprimeur, correcteur de presse pour les quotidiens, le Journal officiel et les Guides bleus. J’ai même pensé que je pouvais être cadre…

A quel moment avez-vous rencontré Philippe Gloaguen ? Aux Guides bleus, lorsque l’on m’a proposé de diriger techniquement la collection des premiers Guide du Routard. Après avoir été refusé par 19 éditeurs, Philippe Gloaguen le co-fondateur et actuel directeur du Guide du Routard avait réussi à faire paraitre en avril 1973 un premier guide chez Gedalge, un petit éditeur. Mais à peine lancé, le Routard manque de périr: un autobus écrase l'éditeur et entraîne la faillite de sa maison d’édition. Un soldeur rachète les 1500 guides non vendus et les écoule sans peine. Il contacte alors Philippe et le met en relation avec Hachette, éditeur des Guides bleus. Au bout de quelques mois, je le rencontre dans un couloir. Il me dit qu’il est très content de mon travail, que je m’implique vraiment dans la correction, en faisant même des propositions, ce qui lui plait beaucoup.

Le problème, lui dis-je, c’est que j’en ai marre de voyager par procuration, j’aimerais bien aller un peu sur le terrain. A ce moment, il me tombe dans les bras en me disant qu’il est tout seul et qu’il cherche justement quelqu’un pour le seconder. Au début, je dois bien avouer que cela n’a pas été très rentable parce qu’il n’y avait que 6 guides. J’ai donc continué mon activité de correcteur. D’un autre côté en 1981, le Journal officiel me propose d’être embauché définitivement avec le salaire, le double statut, travailleur de l’Etat et de l’imprimerie, la protection sociale et la possibilité d’exercer des activités syndicales. Le truc de rêve quoi ! Mais j’avais pris goût au voyage et Philippe Gloaguen me laissait une liberté totale. Je pouvais laisser libre cours à mes partis-pris et à mes coups de gueule. Je me rendais compte qu’écrire, partager mes passions avec les lecteurs, c’était vraiment ce que j’avais envie de faire. J’ai donc eu un véritable état d’âme. Que devais-je faire ? Choisir la sécurité, ou alors l’inconnu, mais avec en perspective, le Mexique, le Brésil et tant d’autres destinations à venir. Finalement j’ai choisi la route...

Corée du Sud

Quel regard portez-vous sur le succès du Guide du Routard ? Le Routard est un fait de société. C’est un objet nomade qui a su taillé sa place dans la société parce qu’il a su comprendre son évolution. Si nous n’avions pas compris les nouvelles façons de penser le voyage, les nouvelles techniques, nous n’aurions pas duré très longtemps. Nous avons su tenir compte de nos erreurs, sous les coups de butoirs de notre lectorat qui nous donnaient des tuyaux et des conseils. C’est une histoire de renvoi d’ascenseur perpétuel. On leur apporte une info, ils nous confirment de façon fraternelle, si on a tout bon ou tout faux. On en tient compte et chacun évolue comme cela. L’un des atouts du Routard est aussi d’être intergénérationnel. Il a su au fil du temps répondre aux critiques des lecteurs et avancer avec lui.

Donnegal

Que dites-vous à ceux qui estiment que le Routard s’est dangereusement embourgeoisé ? Je leur fait un sourire affectueux en leur disant que sur le fond ils ont raison. Mais je leur rétorque également qu’embourgeoisé n’est pas le bon terme. Je préfère dire que le routard a évolué. Le routard moyen, l’étudiant fauché des années 70, le hippie, chemise à fleur, bandana dans les cheveux et gratte dans le dos, quand j’en vois un, je cours après et le prends en photo. Le symbole du routard ce n’est plus cela. Dans une randonnée dans la Vanoise, il peut y avoir aujourd’hui un prolo de chez Renault derrière un banquier de chez Rothschild. En fait, le Routard, c’est avant tout un état d’esprit. C’est un regard sur le voyage qui est totalement indépendant de la classe sociale et de l’épaisseur du portefeuille. Mais, parfois c’est le voyage d’une vie et il faut donner l’occasion aux gens de vivre des choses exceptionnelles tout en évitant les prix scandaleux. Je pense à des palais de Maharadjahs dans le Shekhawati en Inde. C’est moins de 100 dollars par nuit dans une chambre de 80 m2 avec des serveurs en livrée et des lits à baldaquins. On descend manger le soir avec une retraite au flambeau, tout cela pour des prix extrêmement raisonnables.

Y a-t-il un voyage que vous voudriez refaire et une destination qui reste encore pour vous à découvrir ? J’ai encore deux ou trois rêves. Tout d’abord achever mon fantasme asiatique avec la Corée du Sud et la Mongolie, notamment depuis que j’ai vu le film Urga de Nikita Mikhalkov. Et puis aussi l’Ethiopie. Un voyage que j’aimerais refaire, le Yémen. Je crois que j’y ai vécu le choc de civilisation et le dépaysement le plus profond de mes années de route. Un peuple qui consacre 30 % de son revenu national à mâcher du Qat, cette espèce d’herbe soi-disant euphorisante qui fait à ses consommateurs de jolies joues dilatées, c’est tout bonnement incroyable. Tout le pays est en armes alors que l’architecture des villes est absolument splendide. Je pense que Saana est probablement l’une des villes les plus belles du monde. Et puis les traditions, les ethnies, le désert... J’aimerais bien y retourner, mais je crois que je vais devoir attendre quelques siècles, parce qu’en ce moment il n’y a pas un centimètre carré d’abordable. Il faudra donc que je reporte mes espoirs sur un autre pays.

© oopartir 2017 – Propos recueillis par David Raynal


Pratique
Chroniques vagabondes : Petit dictionnaire des insolites itinéraires d'un Routard 400 pages - 19,90 € - Hachette Tourisme


Quand et où partir

Sélectionnez un mois (+ continent et thématique en option).

Notre classement des destinations en fonction des périodes les plus favorables.

  • Retrouvez-nous sur mobile
    et tablette

youtube

Infos pratiques
Reportages
Thématiques
 
Bon à savoir
Dossiers