Agenda

A Reims, le Marché de Noël s’invite au pied de la cathédrale

A 45 minutes de Paris, une édition 2016 revisitée et sécurisée, du 23 novembre au 24 décembre 2016...

Sedan : le Festival médiéval en mai

Le Festival Médiéval de Sedan se déroulera les 20 et 21 mai autour du plus grand château fort d'Europe
...

Épernay : les Habits de Lumière du 9 au 11 décembre

La ville champenoise accueille des festivités nocturnes et célèbre le patrimoine gastronomique de la région...

La Magnifique Society électrise Reims en mai

Nigloland inaugure le coaster Alpina Blitz

La Cathédrale de Reims retrouve des couleurs

Nombreuses manifestions pour Noël

Partagez sur FacebookImprimez cet article

Reportage de voyage

Clairvaux, l'abbaye ressuscitée

L'Abbaye cistercienne de Clairvaux célèbre cette année ses 900 ans. L'occasion de (re)découvrir l'un des cinq sites les plus visités de l’Aube (Champagne), dont nombre de bâtiments ont été réhabilités.

Reconstitution 3D de l'abbaye au XVIIIeme © Art graphique et patrimoine

L’Abbaye cistercienne de Clairvaux célèbre cette année les 900 ans de sa fondation par Bernard de Clairvaux, futur saint Bernard. Aux confins de la Champagne et de la Bourgogne, cette abbaye rayonna sur l'Europe médiévale.



A la Révolution, ses nombreux trésors furent dispersés aux quatre coins du Vieux Continent. Napoléon la transforma en prison en 1804. Clairvaux est aujourd'hui l'une des maisons centrales les mieux gardées de France. Dépôt d'une pièce d'identité, photos interdites, portables éteints... il faut d'ailleurs montrer patte blanche pour visiter l'abbaye. Mais la concession en vaut la chandelle. En effet, un nouveau parcours de visite a été récemment mis en place.

Hostellerie des Dâmes

La visite commence dans l'Hôstellerie des Dames, bâtiment longtemps affecté à l'accueil des épouses des visiteurs de l'abbaye, complètement restauré entre 1992 et 1997. Aujourd'hui salle d’accueil, elle est dotée également d'une salle d’exposition permanente à l’étage, de deux salles d'expositions temporaires au rez de chaussée, ainsi que d'une librairie boutique.

dortoir, batiment des convers

L’association Renaissance de l’Abbaye de Clairvaux guide ensuite le visiteur dans les principaux bâtiments historiques encore existants, fragments d'une ancienne ville close abritant des trésors d'architecture. Première étape, le bâtiment des convers datant du XIIème siècle, rénové au fil des années, dévoilant la sobriété de ses vastes espaces, du célier et réfectoire au rez-de-chaussée jusqu'au dortoir à l'étage.

Grand cloître

La visite se poursuit avec le Grand cloître. Au XVIIIème siècle, l’abbaye de Clairvaux connaît en effet une transformation profonde de son architecture. Elle est prospère avec ses 20 000 hectares de forêts, de vignes et de terres labourables. Les moines aspirent à plus de confort, démolissent une large partie des bâtiments médiévaux et s’offrent un ensemble monumental encadrant une vaste cour carrée.

l'ancien réfectoire

Chef d’œuvre de l’architecture classique, le Grand cloître est doté d'un vaste réfectoire avec plafonds décorés de trophées en stuc, lambris enchâssant des médaillons peints et sols de belle pierre blanche et cabochons noirs.

Pourtant, les moines n’en profitèrent guère, chassés par la Révolution. En 1808, l’abbaye devient la plus grande prison française. Le réfectoire est transformé en chapelle pour les détenus. Elle le restera jusqu’en 1970 avant d’être abandonnée ; elle a été depuis rénovée entièrement par le propriétaire de l'abbaye, le ministère de la Culture et de la Communication.

A l'étage au-dessus du réfectoire se trouvent les émouvantes cages à poules, les cellules individuelles de l'ancienne prison. Celles-ci, ouvertes à tous les vents malgré les hivers rigoureux, furent pourtant une énorme amélioration des conditions d'incarcération, surtout au regard du nombre de prisonniers au mètre carré dans les cellules collectives (en activité jusqu'en 1875).

Les cages à poules accueillirent des détenus jusqu'à leur transfert en 1971 dans la nouvelle prison moderne construite à l'emplacement de l'ancienne abbatiale médiévale, abandonnées et détruite après la Révolution par l’entrepreneur chargé des travaux.

Ne manquez pas, en partant, de jeter un œil sur la belle Grange située à l’intérieur du mur d’enceinte, au confluent d'une petite rivière et d'un canal. Sa charpente est caractéristique des granges cisterciennes à trois nefs. Clairvaux en exploitait de nombreuses au temps de son rayonnement, dans le Pays de Bar-sur-Aube et bien au-delà...

© oopartir.com – 2015 – texte VDM - photos DRAC Champagne-Ardenne/Guy Fievet, Sylvain Bordier, Didier Guy, Pascal Stritt



Pratique
Des visites guidées sont organisées tous les jours de mars à novembre, du mercredi au dimanche le reste de l’année (fermeture en janvier). Elles durent 1h15 et sont assurées à partir de 2 personnes, sans réservation préalable. Sont organisées 2 à 8 visites guidées par jour d’ouverture selon la période de l’année. Prix d'entrée : 7,50 euros par adulte, 4,50€ pour les 18-25 ans et étudiants, gratuit pour les moins de 18 ans. www.abbayedeclairvaux.com

Se restaurer
Il est possible de déjeuner sur place au Lavoir des moines (bâtiment des fours et des moulins) sur réservation.

Où dormir
Lire la liste des hébergements autour de l'abbaye : www.abbayedeclairvaux.com/infos-pratiques

Comment s'y rendre
Clairvaux (hameau de Ville-sous-la-Ferté) se trouve à 70 km au sud-est de Troyes (A5 sortie 23 ou RD 619) ; 15 km de Bar-sur-Aube (RD 396)

En savoir plus
Pour toutes les informations concernant l’abbaye, les animations, événements et autres célébrations, consultez le site officiel www.clairvaux-2015.fr

caves Drappier

A voir dans les environs
A proximité de l'abbaye se trouvent le vignoble de la Côte des Bar, les grands lacs du Parc naturel régional de la Forêt d’Orient, le parc d’attractions Nigloland, ou encore Colombey-les-deux-Eglises où se trouve la Boisserie, résidence secondaire du Général de Gaulle devenue musée.

Parmi les partenaires du 900ème anniversaire de l'abbaye de Clairvaux, signalons les Champagne Drappier. Le producteur de champagne, basé à Urville, non loin de Clairvaux, possède en effet de belles caves cisterciennes. A la mort de Saint Bernard en 1153, la production locale de vin est proche de 600 000 litres. La famille Drappier achète les caves et s’y installe après la Seconde Guerre mondiale. Elles abritent aujourd’hui quelques grands millésimes. www.champagne-drappier.com

Quand et où partir

Sélectionnez un mois (+ continent et thématique en option).

Notre classement des destinations en fonction des périodes les plus favorables.

  • Retrouvez-nous sur mobile
    et tablette

youtube

Infos pratiques
Reportages
Thématiques
 
Bon à savoir
Dossiers