Les actus

29 mars 2021

Un Parc Ghibli ouvrira en 2022 au Japon

Ce parc situé entre Tokyo et Osaka exprimera la vision du monde des œuvres du célèbre studio d'animation japonais.

22 février 2021

Martinique : la Montagne Pelée bientôt au patrimoine de l’Unesco ?

Ce classement permettra de renforcer son intérêt faunistique, floristique, scientifique... et touristique.

28 janvier 2021

2020, la pire année de l’histoire du tourisme

Les arrivées internationales ont chuté des trois quart l'an dernier, d'après les chiffres de l'OMT.

Consulter les archives

Taxes aériennes

Les taxes, redevances et autres surcharges aériennes représentent aujourd'hui une part très importante - parfois jusqu'au deux-tiers ! - du prix du billet.

Les taxes concernent la gestion de l'aéroport, la sûreté et sécurité, le fonctionnement de l'administration civile, la solidarité (taxe Chirac).

La taxe qui fait la plus parlée d'elle aujourd'hui, appelée "surcharge carburant", n'en est pas une mais un prélèvement des compagnies aériennes, fixées librement par elles-mêmes, qui visent à les soulager partiellement de la hausse du prix du kérosène lorsque le prix du baril (brent) dépasse un certain niveau (ce qui est le cas depuis plusieurs années maintenant). 

L'évolution du baril (brent) détermine le montant de cette surcharge carburant. Pour les compagnies aériennes, en effet, le carburant compte pour plus de 20% de leurs coûts opérationnels (jusqu'à 50% pour certaines d'entre-elles quand le baril a tutoyé les 150$). 

Air France/KLM, au titre de ce supplément et comme beaucoup d'autres transporteurs, prélève une surcharge carburant différente selon la durée du vol : elle varie donc selon qu'il s'agit d'un vol domestique (en France métropolitaine), d'un vol européen, d'un long-courrier "court" (moins de sept heures) ou d'un long-courrier long.

Cette taxe connait parfois de spectaculaires évolutions, atteignant des sommets lorsque le baril de pétrole a frôlé les 150$ au cours du mois de juillet 2008, avant de fortement baisser ; elle est repartie à la hausse début 2011.

© oopartir.com

 

Taxes : des exemples concrets parfois surprenants

On a pu voir, sur un vol court courrier Paris-Nice  vendu 13€, l'ajout de 19€ de surcharge carburant, 9,63€ de taxe d'aéroport, 3,92€ de taxe pour l'Aviation civile, 10€ de frais de service, 5,29€ de frais de sûreté et 1€ de taxe de solidarité (dite "taxe Chirac"). Si l'on y rajoutait la TVA (2,03€), le montant finalement payé par le passager s'élèvait à 61,87€.

La part des taxes est un peu moins importante pour le long-courrier par rapport au prix du billet, mais reste très élevé. Ainsi, sur un billet aller-retour Paris-New York vendu 577,26€, il fallait intégrer 276,26€ de taxes (parmi lesquelles 101 euros de surcharge carburant)

Quand et où partir

Sélectionnez un mois (+ continent et thématique en option).

Notre classement des destinations en fonction des périodes les plus favorables.

  • Retrouvez-nous sur mobile
    et tablette

youtube

Infos pratiques
Reportages
Thématiques
 
Bon à savoir
Dossiers